中文 English Deutsch 日本語 BR America Chinafrique
Suivez-nous sur
  • descriptiondescription
Accueil Chine Monde Economie Culture Environnement Documents
Accueil >> Economie

Redonner confiance en la mondialisation

Kerry Brown  ·  2017-01-10  ·   Source: Beijing Information
Mots-clés: mondialisation

 

La Chine peut-elle aller à l'encontre de la vague anti-mondialisation?

2016 n'a pas plaidé en faveur de la mondialisation. Plus personne n'en doute désormais. La décision du Royaume-Uni de quitter l'Union européenne à la suite du référendum du 23 juin a été le premier électrochoc. Le fait que l'ancien premier ministre David Cameron, figure principale de l'événement, démissionne directement après le vote et termine sa carrière politique quelques semaines plus tard prouve à quel point les élites politiques ont mal interprété le sentiment général de la population.

Tout cela a pris encore plus d'ampleur avec la victoire inattendue de Donald Trump lors des élections présidentielles aux Etats-Unis en novembre 2016. Trump a attiré les votes d'un groupe électoral américain qui se sentait marginalisé par le libre-échange, jugé coupable de la perte de leur emploi et de la diminution des opportunités de l'économie locale.

La Chine, tout comme l'Inde, autre économie en voie de développement, semble être le pays à avoir le plus bénéficié des accords de libre-échange et du commerce international. Du moins en surface, la Chine a réussi à maintenir un taux de croissance à deux chiffres sur les quatre dernières décennies grâce à sa capacité à distancer ses concurrents avec des salaires et coûts de production bas. Les emplois se sont délocalisés vers les industries en Chine plutôt que de rester dans les anciennes bases industrielles des Etats-Unis, des pays européens ou du Moyen-Orient. C'est du moins la ligne que tenait Trump dans ses discours lors de la campagne électorale.

Cette colère contre la mondialisation risque de ne pas se montrer efficace sur le long terme, puisqu'il y a très peu de chances que les industries délocalisées retournent dans leur pays d'origine. Beaucoup de ces emplois ont d'ailleurs déjà été déplacés vers le Viêt-Nam ou l'Indonésie, les coûts ayant augmenté en Chine ces dernières années.

Un vent de changement

Tous les pays sont d'accord sur le fait que la poursuite d'une croissance durable et de qualité ne doit pas être abandonnée. Les peuples aspirent à de bons niveaux de vie, une bonne sécurité sociale et une pension de retraite. Mais ces attentes reposent sur des conditions de plus en plus restrictives, une population vieillissante, une évolution démographique et une accentuation des inégalités. Thomas Piketty, économiste français, n'était pas le premier à démontrer le dramatique de la situation dans son livre « Capital au XXIe siècle », publié en 2013. Dans les pays développés et en voie de développement, les inégalités de richesses se sont accentuées, créant des défis politiques des plus difficiles à relever.

Le Brexit et Trump sont les deux événements les plus marquants de 2016. Les élections françaises et allemandes arrivant en 2017, de nouveaux exemples montrant le mécontentement des peuples envers leurs dirigeants quant aux problèmes liés à la mondialisation pourraient faire surface, bien que les racines soient en réalité plus profondes et plus difficiles à traiter.

Le principal objectif en 2017 est de s'assurer que les avantages de la mondialisation (la créativité, l'ouverture et les nouvelles opportunités) ne disparaissent pas. Les leaders politiques doivent démontrer plus que jamais que les accords de libre-échange, l'ouverture des frontières et la libre circulation des capitaux, des biens et des forces de travail ont plus d'effets positifs que négatifs. Cependant, ils doivent également se montrer impliqués dans une meilleure gouvernance de la mondialisation.

Le rôle de la Chine dans ce contexte est essentiel. Elle doit davantage démontrer que sa croissance et sa prospérité sont positives pour le reste du monde. Puisque le Partenariat Transpacifique sera très probablement annulé par l'administration Trump, la Chine a davantage d'opportunités pour développer ses propres accords de libre-échange régionaux. L'initiative « ceinture et route » et la Banque asiatique d'investissement pour les infrastructures sont de nouvelles entités qui prennent de l'ampleur et permettront de mettre en lumière les avantages d'échanger avec la Chine pour créer de la croissance.

Des paradigmes qui évoluent

La Chine jouera en 2017 un rôle de leader international qu'elle n'a jamais joué auparavant. Pas uniquement en termes d'échanges commerciaux, où elle s'imposera comme championne des accords de libre-échange au détriment de l'Europe et des Etats-Unis, mais également en termes de changement climatique, Beijing ayant affiché un engagement bien plus fort que celui de l'administration Trump.

Le leadership de la Chine trouvera également son importance dans le maintien de la stabilité dans la région Asie-Pacifique, dans laquelle Trump devrait revoir à la baisse l'implication américaine. Trump a déclaré que le problème de la Corée du Nord ne regardait que la Chine, seule à pouvoir le régler. Il a également remis en question le traité de non-prolifération avec l'Iran, dans lequel la Chine est fortement impliquée. La Chine devra donc, plus que jamais, jouer un rôle de leader, puisqu'elle ne souhaite pas la fin du traité avec l'Iran. Elle devra donc user de son influence auprès de Washington en ce sens.

Les incertitudes en Europe et aux Etats-Unis sont une opportunité pour la Chine, mais également un risque. Le point de vue de la Chine sera majeur et devra être pris en compte. La décision d'interdire les produits en ivoire d'ici fin 2017, alors que la Chine représente 70 % de ce commerce, a été félicitée par la communauté internationale. La Chine devrait marquer des avancées dans d'autres domaines. Pour un pays qui doit encore faire face à de nombreux problèmes en interne, ce nouveau rôle pourrait avoir des avantages mitigés. L'économie chinoise est en pleine transition et demande encore beaucoup d'attention. Développer de nouvelles sources de croissance est une priorité, étant donné que le monde extérieur ne peut plus jouer un rôle si important à cause de la récession économique. Les classes moyennes et les citadins chinois devraient dépenser plus et générer plus de croissance.

Pour toutes ces raisons, 2017 sera une année cruciale pour la mondialisation et son avenir, mais également une année des plus importantes pour la Chine. Les deux histoires sont intrinsèquement liées. Le rôle de la Chine dans la défense et le développement de la mondialisation à un moment où elle est gravement menacée est peut-être la meilleure preuve de son importance en tant que puissance mondiale. Cette situation n'aurait pas été imaginable début 2016, preuve d'une période extraordinaire que nous traversons.

(L'auteur est un commentateur de Beijing Information et directeur de Lau China Institute, du King's College, à Londres.)

 

Imprimer
Lire aussi:
 

Les sites touristiques les plus aimés en Chine

Top10.jpg
Le top 10 de nos circuits en Chine
cv-2.jpg
La Chine de vos rêves
cv-1.jpg
Essentiel de la Chine
cv-aa-1.jpg
Découvrir l'histoire de la Chine en 14 jours
Liens:
Xinhuanet CCTVfr China Tibet Online Le Quotidien du Peuple Radio Chine Internationale
Ambassade de Chine en France Ambassade de France en Chine Faguowenhua Centre d'Information et d'Internet de Chine
Chinafrique La Chine au Présent La Chine Pictorial

24 Baiwanzhuang, 100037 Beijing République populaire de Chine


京ICP备08005356号 京公网安备110102005860号