中文 English Deutsch 日本語 BR America Chinafrique
Suivez-nous sur
  • descriptiondescription
Accueil Chine Monde Economie Culture Environnement Documents
Accueil >> Culture

Objectif innovation

Wang Hairong  ·  2016-09-08  ·   Source: Beijing Information
Mots-clés: innovation

Le 17 août, des chercheurs à Chengdu, chef–lieu de la province du Sichuan, simulent la communication avec le satellite quantique lancé la veille.

Le premier satellite quantique au monde, appelé Quantum Experiments at Space Scale (QUESS), transmet maintenant des informations vers la Terre. L'engin a été lancé à l'aide d'une fusée dans l'espace le 16 août depuis le désert de Gobi dans le nord–ouest de Chine.
La technologie de communication quantique offre un moyen efficace de lutter contre les cyberattaques et les opérations de surveillance comme le programme américaine PRISM, sécurisant les informations confidentielles des entreprises et des individus. Un phénomène physique appelé « intrication quantique » permet aux informations transmises par le satellite d'être à l'abri du piratage. Lorsque deux photons s'intriquent, leurs propriétés physiques sont corrélées. Cela signifie que si l'un se trouve dans un état spécifique, l'autre sera certainement dans l'état opposé.
Pour la communication quantique, l'important est que les photons dans l'état d'intrication quantique peuvent être séparés sur une longue distance. Par exemple, si l'un change à Beijing, l'autre changera instantanément, même s'il se situe sur la lune. Ce phénomène qui défie les lois de l'espace et du temps a été qualifié par Albert Einstein d' « action effrayante à distance ». Grâce à l'intrication quantique, l'information peut essentiellement être téléportée à n'importe quel endroit, et la communication est sécurisée parce que les photons intriqués qu'utilise le satellite ne peuvent être interceptés à l'insu de l'expéditeur et du récepteur. De plus, il est impossible de cloner ou de pirater le message quantique.
Le satellite est surnommé « Micius », en référence au scientifique et philosophe chinois Mozi qui a vécu au 5e siècle avant J.-C. Les scientifiques envisagent de tester la distribution quantique entre le satellite et les stations terrestres. Le phénomène de téléportation quantique a été démontré dans des laboratoires sur terre, mais pas encore dans l'espace. Micius permet maintenant des tests sur des distances plus longues que par le passé.
Pan Jianwei, scientifique responsable du projet QUESS, est réputé pour son travail de pionnier dans l'intrication quantique. Il a indiqué à l'Agence Xinhua que la technologie de fibre optique ne convient pas à la communication quantique à l'échelle mondiale, car après avoir parcouru 100 km le long de câbles optiques, les photons ne peuvent transmettre que 0,1 % de signaux au répecteur. Il est donc nécessaire d'utiliser des satellites, parce que 80 % de photons peuvent voyager à travers l'atmosphère dans l'espace, où ils peuvent être transférés par des satellites vers des stations au sol distantes de plusieurs milliers de kilomètres. Cependant, un seul satellite à orbite basse ne permet pas de couvrir l'ensemble du globe. Par conséquent, on a besoin de tisser un réseau de satellites de ce type, lequel, selon M. Pan, sera terminé vers 2030. A ce moment-là, tout un chacun aura également accès à la technologie de communication quantique.

Plan national d'innovation
La communication quantique et l'informatique font partie des 15 grands programmes scientifiques et technologiques que la Chine projette de réaliser d'ici 2030, selon un plan national d'innovation dévoilé par le Conseil des Affaires d'Etat – le Cabinet chinois – le 8 août. D'autres programmes importants concernent des domaines tels que l'ingénierie aéronautique, les turbines à combustion, l'exploration en eau profonde, la science du cerveau et l'intelligence artificielle. Parmi les principaux secteurs d'intérêt figurent également l'exploration de l'espace profond, les véhicules spatiaux, la sécurité du cyberespace, la datamasse et les technologies agricoles. On projette actuellement de poser un réseau de communication quantique de fibre optique entre Beijing et Shanghai, dont les travaux seront achevés au second semestre de 2016. Selon M. Pan, ce sera le premier du genre dans le monde. Outre la communication quantique, M. Pan et son équipe travaillent aussi sur l'informatique quantique, qui permettra d'élever sensiblement la vitesse de calcul. Il a dit que certaines équations que le Tianhe-2 – l'un des superordinateurs les plus rapides au monde – met 100 ans à résoudre peuvent être résolues en seulement 0,01 seconde par l'ordinateur quantique. On estime qu'il est aussi en mesure de fournir de nouvelles solutions à la cryptographie, à la météo et à la recherche médicale.
Le gouvernement chinois aspire à améliorer ses secteurs de la science, des technologies et de la créativité afin de stimuler la croissance par l'innovation. Selon le Global Innovation Index (GII) publié le 16 août, la Chine se classe au 25e rang mondial en matière d'innovation, soit une ascension de 4 places par rapport à l'année dernière. L'indice GII a été conjointement rendu public par l'Université Cornell, l'INSEAD et l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle. Cependant, d'après les chiffres de l'Académie chinoise des sciences et technologies pour le développement (CASTD), une institution relevant du ministère des Sciences et technologies, la Chine devrait être le 18e au classement mondial. Chen Jingquan, un responsable du Département de l'innovation et du développement relevant de ce ministère, a déclaré à Beijing Information que l'indice GII est calculé sur une base per-capita, ce qui rélègue la Chine à un niveau plus bas, alors que la CASTD tient compte des conditions nationales et évalue d'une façon plus appropriée la capacité d'innovation du pays. Selon le plan national d'innovation, l'objectif de la Chine est de devenir l'un des 15 pays les plus innovants au monde d'ici 2020.
D'après ce plan, la Chine pourra réaliser des perçées dans les domaines de la recherche fondamentale et des hautes technologies stratégiques, pour que son rôle passe de celui de suiveur à celui de leader en matière d'innovation. « Au début du 21e siècle, la Chine était fondamentalement un suiveur, tandis qu'au cours de ces cinq dernières années, elle est devenue un leader mondial dans certaines technologies », a déclaré Li Ming, vice-ministre des Sciences et technologies lors d'une conférence de presse tenue le 22 juillet. Le plan récemment publié a fixé des objectifs spécifiques, comme faire passer l'investissement dans la recherche et le développement de 2,1 % du PIB en 2015 à 2,5 % dans les cinq ans à venir, et la proportion de brevets pour 10 mille personnes de 6,3 % à 12 %.
L'innovation scientifique et technologique jouera un rôle plus important dans la promotion du développement équilibré, inclusif et durable. La Chine envisage également de faire en sorte que le taux de contribution scientifique et technologique à la croissance économique s'élève à 60 % en 2020, soit une augmentation de 4,7 points de pourcentage par rapport à 2015.

12>
Imprimer

Les sites touristiques les plus aimés en Chine

Top10.jpg
Le top 10 de nos circuits en Chine
cv-2.jpg
La Chine de vos rêves
cv-1.jpg
Essentiel de la Chine
cv-aa-1.jpg
Découvrir l'histoire de la Chine en 14 jours
Liens:
Xinhuanet CCTVfr China Tibet Online Le Quotidien du Peuple Radio Chine Internationale
Ambassade de Chine en France Ambassade de France en Chine Faguowenhua Centre d'Information et d'Internet de Chine
Chinafrique La Chine au Présent La Chine Pictorial

24 Baiwanzhuang, 100037 Beijing République populaire de Chine


京ICP备08005356号 京公网安备110102005860号